GB - We Are FSTVL 2017 @ Upminster les 26, 27 et 28/05/2017 Photos

08/06/2017    olivierG    rapports de soirées   

Partager    

Habitant à Londres depuis plusieurs mois, nous avons eu l'opportunité de découvrir ce que la scène londonienne avait à nous offrir et il faut l'avouer, on ne peut se plaindre des soirées que nous offre la ville de Londres. Cependant, We Are Fstvl était notre premier festival dans la capitale. Que dire si ce n'est : Oh my F..STVL DAYS. Les organisateurs ont fait fort cette année tant en ce qui concerne l'organisation du festival que dans l'aspect esthétique sans compter le choix des artistes.



Logées dans le centre de Londres à Elephant & Castle, nous avons fait le choix de ne pas prendre le pass camping que proposait le festival situé à Upminster à environ une heure du centre. Une ligne de métro puis un train et le tour est joué. C'est ainsi que commence le premier jour. Nous sommes parties aux alentours de midi et nous voilà à Upminster à 13h30. Dès notre arrivée, face à nous des murs remplis de signalisation nous indiquent la direction du festival et de la navette gratuite mise à disposition ; le festival étant situé à 15 minutes en bus de la station. Un stand de nourriture, un parking auto ainsi que des toilettes sont prévus à la sortie de la station.

Malgré une longue file d'attente pour la navette, les bus s'enchainent un par un n'entrainant pas d'attente. Nous avons été agréablement surprises par une telle organisation. Après une quinzaine de minutes en bus, nous voilà sur le site du festival. Un immense espace vert au milieu de nulle part, ça en est même dépaysant. Il est environ 14h quand nous arrivons à l'entrée. Celle-ci est organisée en deux étapes pour des questions de sécurité ce qui est sans doute le moment le plus long à passer notamment avec le soleil et la chaleur qui se font ressentir.

Passées l'épreuve de l'entrée, il n'est plus question de perdre une minute. On fait une croix sur l'étape des lockers et tokens mis à disposition par le festival. On prend toutefois le temps de découvrir le site, la multitude de scènes et les nombreuses surprises que le festival propose. Les décors sont féériques, des attractions sont mises à disposition, les stands de nourritures et d'animations sont nombreux. Les festivaliers sont déguisés, le thème semble être "les paillettes" cette année, cela prône la bonne humeur.







Chaque scène dispose d'un nom selon le style musical : House, Techno, Drum n' bass, Dubstep. Néanmoins, il faut payer 10 livres pour un tour de cou avec la time table ce qui nous a surpris. Après un aperçu des différentes scènes, nous commençons cette belle journée à la scène CircoLoco où nous découvrons Âme aux platines. Ne disposant pas encore de la timetable et celle-ci n'étant pas affichée dans l'enceinte du festival, quelle ne fût pas notre surprise de découvrir Kristian Beyer insufflant une techno travaillée aux envolées lyriques. Un set qui a fait l'unanimité auprès de festivaliers de bonne humeur malgré la chaleur.

Suite au set incroyable d'Âme, place à Mathias Tanzemann qui prend le relais avec succès sur une techno house entrainante nous permettant de garder le rythme avant les prochains artistes.

Après une pause hydratation à l'une des nombreuses sources d'eau qu'offre gratuitement le festival, nous décidons de nous rendre à la scène Used and Abused pour l'intro de Dixon. C'est alors un set de Dixon qui commence doucement essentiellement composé de vocales. Nous nous dirigeons finalement à la scène Marco Carola pour ne pas manquer une minute de plus du set d'Apollonia qui ne nous a pas laissé de répit. Des petites notes d'acid de temps à autre et beaucoup de magie. C'est alors que Marco Carola prend la relève pour le bonheur de nos oreilles. Un set sur vitaminé et énergique aux mélodies festives qui durera 4 heures en closing de la scène portant son nom.



Nous décidons finalement de nous rendre au village VIP que le festival propose en supplément pour apprécier un set privé de Solomun qui nous a donné un petit avant-goût de sa performance du lendemain. Le coin VIP n'étant pas surchargé de festivaliers, cela nous aura permis d'apprécier la qualité du set de Solomun en petit comité, un luxe qui ne se refuse pas.

Il est temps de retourner à la scène Used and Abused pour la prestation de Loco Dice que nous avions déjà vu auparavant à la Fabric sur Londres. Bien que l'artiste nous avez laissées sur notre faim avec un set techno-house, il nous aura cette fois-ci agréablement surprises. Des sons techno, rythmés qui font l'unanimité auprès des festivaliers. Une ambiance très festive qui nous amène à la prestation de Seth Troxler en b2b avec The Martinez Brothers sur la scène CircoLoco. Le duo nous assène d'une techno rythmée et groovy accompagnée d'effets visuels travaillés des plus surprenants, le set en restera un de nos coups de coeur du festival en ce premier jour.



Cependant, nous faisons le choix difficile de partir avant la fin du set pour ne pas manquer la performance de Carl Cox que nous avions eu la chance de voir précédemment à la Time Warp. Un live festif aux mélanges de techno et deep house qui en fait une recette inratable. Carl Cox ayant terminé sa prestation avec brio, nous nous dirigeons à la scène Marco Carola pour les dernières minutes de l'artiste qui n'a pas perdu la cadence depuis son entrée. Un closing brillant de Marco Carola, et c'est alors que la faim se fait ressentir.



On arrive très bien à refaire le plein d'énergie pour quelques livres. Un tour du monde culinaire nous est proposé par les divers stands, le choix ne manque pas à notre plus grand plaisir. Il est possible de payer en cash grâce à de nombreux distributeurs automatiques mais il faut prévoir une petite commission pour le retrait. Une fois les batteries rechargées, nous décidons de profiter comme il se doit de la dernière heure à la scène Used and Abused bien que nous ne connaissons pas l'artiste du nom de Senzala. Rien d'incroyable en comparaison aux artistes vus précédemment ce qui est plutôt surprenant pour un closing mais on restera jusqu'à la dernière minute.

Il est minuit trente et la fin du festival est annoncée. Il est temps de rentrer à Central London, de nombreuses navettes et taxis nous attendent à la sortie pour nous ramener, encore un point positif de l'organisation. Un bonheur de pouvoir rentrer sans de nombreuses heures d'attentes dans le froid.

Après une courte nuit, c'est reparti pour le deuxième et dernier jour. Encore un sans-faute au niveau des transports et nous revoilà à l'intérieur du festival à 14h30. A notre grand regret, nous avons raté la prestation de Waff et le b2b Eats Everything et Patrick Topping qui jouaient tôt dans la matinée. On reste toutefois motivées pour tout ce beau panel d'artistes qui nous attend et on en oublie la fatigue. Le soleil est au rendez-vous contrairement aux prédictions météorologiques ce qui annonce une seconde belle journée.



Dès notre arrivée, nous remarquons un petit chapiteau blanc à la musique entrainante. C'est alors que nous découvrons un petit collectif londonien du nom de YMO (YoursMineOurs) où les DJ Sam Skeet et Ants alternent entre grosses basses et mélodies house. Cette découverte nous annonce la couleur pour les prochains artistes. Nous décidons de quitter la petite scène pour nous rendre à la scène Cocoon pour le début de Kölsch. Comme à son habitude, l'artiste nous charme avec ses envolées lyriques et basses entrainantes. Il fait une entrée en la matière et tout en finesse pour petit à petit nous asséner de ces kick mélodiques.



Nous décidons ensuite de découvrir la scène Paradise dédiée à la tech-house en ce jour, pour la fin du set de Maya Jane Coles et le début de Dubfire. Des sets plus accès techno mais tout de même festifs avec une ambiance chaleureuse parmi les festivaliers. C'est au tour de l'artiste Hot Since 82 de nous proposer un set groovy à l'ambiance house que symbolise la scène.
Nous revenons finalement à la scène cocoon pour profiter des dernières minutes du set de Kölsch tout aussi explosif qu'au début mais c'est sans attendre le set enflammé d'Ilario Alicante du label Drumcode Records. L'artiste maintiendra sans relâche et à notre plus grand bonheur ce lien vital avec le dancefloor. Après une heure et demie de danse intensive sur le set du jeune artiste mais prometteur Ilario Ilacante, il est temps de faire une pause diner des plus courtes pour ne pas manquer le set de Solomun qui nous avait donné un bel avant-goût le soir précédent à la scène VIP.

Nous sommes très enthousiastes à l'idée de revoir l'artiste sur l'une des mains stages où il nous propose un set mélodique très travaillé. Que dire si ce n'est incroyable, ce que confirmeront les agents de sécurité dansant avec la foule. La prestation de danseuses nous subjugue.



C'est au tour de Sven Väth de nous faire rêver au travers de ses vinyles et mains d'or tandis que les effets visuels miment ses gestes. L'artiste ne semble pas avoir perdu la main au regard de l'ambiance phénoménale qu'il a créée tout au long de son set techno-house léché. Un plaisir que de voir le papa Sven très réceptif aux appels du public.



Nous faisons finalement le choix de partir 30 minutes avant la fin du set afin de découvrir la performance de Jamie Jones en closing de la scène Paradise. Un pur moment festif où l'on peut ressentir la joie dans la foule. L'artiste de son label Hot Creations nous en mettra plein les oreilles et les yeux au travers d'un feu d'artifice et d'une pluie de confettis à la fin de son set.



La fin du festival étant proche, nous décidons de revenir à la scène Cocoon qui nous avait tout au long de la journée offert des prestations plus divines les unes que les autres et c'est alors que nous découvrons Chris Nottingham en closing. Malheureusement, la déception sera de mise après un set de Jamie Jones qui aura littéralement "mis le feu", l'artiste n'aura pas su prendre la relève pour le dernier set du festival. Les effets visuels ont disparu et l'artiste manque de magie dans son set.
Les deux jours arrivant à leur fin, il est temps de rentrer sur Londres à notre grand regret. On rentre toutefois avec les oreilles remplies de pur bonheur et ce n'est sans compter sur l'organisation du festival qui nous laissera des souvenirs inoubliables tout au long de ce weekend prônant la joie de vivre. De nombreux aspects auront été pensé dans l'intérêt des festivaliers notamment par la présence des membres de sécurité offrant des verres d'eau à chaque devant de scène. S'agissant d'un festival aux nombreuses scènes et styles musicaux, il nous aura été d'une simplicité étonnante de se retrouver devant les différentes scènes face aux artistes ce qui est un point non négligeable.

We are Fstvl, nous te disons à l'année prochaine !


Note cet article :
  -   ? / 5 sur 0 note(s). Connecte-toi pour commenter cet article

S'identifier

Mot de passe perdu ?

Rechercher

Agenda

« Décembre 2017 »
L M M J V S D
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31

Billetterie Digitick
Carte des discothèques

Qui est en ligne ?

Il y a 77 invité(s) et 0 membre(s) en ligne.


Bienvenue visiteur anonyme.
Inscrivez-vous maintenant!

Restez connecté !