93 - Dream Nation Festival @ Les Docks De Paris le 23/09/2017 Photos

12/10/2017    olivierG    rapports de soirées   

Partager    

Depuis maintenant 4 ans, l'after officiel de la techno parade se tient aux Docks de Paris. Cette année, ce n'est pas moins de 4 scènes qui nous sont proposées avec un line up des plus alléchants !



Sur la Bass Stage, on retrouvait notamment Doctor P en duo avec Krafty MC, le vétéran de la drum'n'bass Andy C, ainsi que la non moins célèbre Elisa Do Brasil. La scène Techno, coproduite en partie par le français Electric Rescue n'était pas en reste avec l'anglais Cleric, signé sur le label de Len Faki, Emmanuel Top qu'on ne présente plus, et surtout une des plus grandes légendes de la Techno de Détroit, Derrick May. Sur la scène Trance, l'expérimenté Ace Ventura, les hollandais GMS, ainsi que le duo Juno Reactor. Enfin, la quatrième et dernière scène, dédiée aux sons plus "durs", la Hard Stage. Parmi eux, Darktek et Floxytek qui ouvriront les hostilités en début de soirée, suivis par notre Manu national, l'américain et pionnier de la techno hardcore Lenny Dee, Neophyte qui remplacera Evil Activities au dernier moment, Radium et Maissouille quant à eux clôtureront la soirée.

Un très beau plateau donc pour cette nuit qui s'annonce d'ores et déjà longue et magique. Après avoir fait le tour du site pour trouver l'entrée, nous pénétrons au coeur des festivités vers 22h55. Directement sur notre gauche, la Bass Stage, suivie un peu plus loin de la Trance Stage. Mais pas le temps pour nous de nous y arrêter, Manu le Malin prend les platines à 23 heures précises, nous avons donc 5 minutes montre en main pour rejoindre la scène Hard, située à l'autre bout des Docks, le temps de constater que le lieu est déjà pas mal rempli.



23 heures, on y est, et Manu aussi. D'emblée ce qui nous frappe, c'est que la scénographie est travaillée, tout en restant sobre, les lasers bleus accompagnent cette dernière parfaitement. La salle est à moitié remplie (il est encore tôt), et on entend résonner un hardcore industriel qui tape autour des 140/150 BPM. Le fondateur de 46 Records va nous offrir un set à l'ancienne, bien loin de ce qu'il joue sous son autre alias The Driver, ou quand il coopère avec son binôme Electric Rescue. Une longue et réjouissante intro de 10 minutes nous met en jambe, puis c'est parti pour une petite heure de nostalgie.



23h50, Lenny Dee rejoint Manu. A ce moment là, nous craignons de perdre quelques minutes du set de celui-ci (une heure c'est déjà très court) mais c'était oublier que Lenny Dee était présent toute la semaine en France, et qu'à cette occasion les deux acolytes ont composé un remix de Kaos, présent sur Biomechanik 2 (1998). On comprend très vite qu'ils se rassemblent pour profiter de jouer l'un après l'autre pour lancer leur dernier morceau commun (un EP est semble-t-il prévu), ce qui est effectivement le cas. Moment magique que de les voir côte à côte, heureux comme des enfants.



Puis à minuit Manu laissera la place à celui à qui il doit beaucoup, pour un set moins industriel mais plus rapide. Malheureusement, le Malin aura du mal à lâcher le micro pendant la première demi-heure, il est donc grand temps pour nous d'aller jeter un oeil sur ce qui se passe ailleurs (n'est pas MC qui veut).

On se dirige par curiosité vers la scène Trance, située non loin d'où nous étions. Par curiosité parce que c'est loin d'être notre style de prédilection, du moins jusqu'à cette soirée.. Très agréablement surpris en arrivant sur le dancefloor. Il est presque une heure du matin et très peu de gobelets jonchent le sol, les gens sont souriants et très avenants, le son est réglé au millimètre, le dj surplombe la salle au milieu de deux gros écrans psychédéliques On comprend vite qu'on va passer un agréable moment ici, et qu'on ne sera pas juste de passage.



Et c'est bel et bien le cas. Deux heures défilent à la vitesse de la lumière, grâce notamment au maître de la PsyTrance, Ace Ventura, qui joua de 00h45 à 02h. Grosse découverte donc pour nous, et temps fort de cette soirée qui est loin d'être terminée.

Il est 02h30, ce qui nous laisse une bonne demi-heure pour se désaltérer au bar avant l'arrivée de Derrick May sur la scène techno. Chaque scène possédant son bar, et un système de bracelet rechargeable étant mis en place, nous sommes servis directement sans la moindre attente.

02h55, le hollandais Steve Rachmad finit son set avant de passer le relais à la légende américaine, considérée comme un des précurseurs du genre. 1h30 de folie qui fleure bon la techno des origines, une maîtrise imparable des platines par un des plus grands maîtres de la spécialité. Emmanuel Top clôturera cette magnifique soirée par un set aux sonorités acidulées.



Il est 06h, dernières notes, les lumières s'allument, le son s'arrête, le moment pour beaucoup de partir vers un repos bien mérité, et pour les plus téméraires, de rejoindre la Plage de Glazart pour un after techno qui finira le dimanche soir à 22 heures.

Une bien belle soirée donc, des scènes magnifiquement travaillées, des bénévoles sympas, un son bien réglé (qui n'était d'ailleurs ni trop fort ni pas assez, pas d'acouphènes le lendemain), et la plupart des gens venus avant tout pour passer un bon moment dans la joie et la bonne humeur. On reviendra avec plaisir l'année prochaine, c'est promis !


Note cet article :
  -   ? / 5 sur 0 note(s). Connecte-toi pour commenter cet article

S'identifier

Mot de passe perdu ?

Rechercher

Agenda

« Octobre 2017 »
L M M J V S D
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          

Billetterie Digitick
Carte des discothèques

Qui est en ligne ?

Il y a 90 invité(s) et 0 membre(s) en ligne.


Bienvenue visiteur anonyme.
Inscrivez-vous maintenant!

Restez connecté !