BE - Voltage Festival 2018 les 18 et 19/08/2018 Photos

07/09/2018    olivierG    rapports de soirées   

Partager    

Dernier festival de cet été et pas des moindres, le Voltage festival aura fait parler de lui durant toute l'année ! Une line up a coupé le souffle repartie sur 2 jours et à 25 minutes de Lille. L'édition de l'année dernière fut tellement grandiose qu'il nous était impossible de manquer cela et pour les absents, nous vous racontons tout !



Jour 1

Nous arrivons dans le petit village de Zwevegem qui habituellement est régi par le calme de la campagne et les promenades pédestres.

Mais ce week-end, la tranquillité de la commune sera mise à rude épreuve avec l'arrivée de milliers de festivaliers prêt à gouter à cet èement hors du commun. Plus de 8000 personnes sont attendues sur les 2 jours de festival provenant des 4 coins du globe et prêts a fouler le sol du transfo.

L'entrée significative du Voltage est toujours présente, une oeuvre d'art composée de dizaines de barils peints et dissimulés sur des containers nous permettant de nous déconnecter et de nous renvoyer un siècle en arrière à l'époque de la construction du Transformateur.



Nous redécouvrons ce lieu mythique et empreint d'histoire. Première impression, le Voltage a revu l'aménagement de ses scènes et cela fait plaisir.
La scène Anode située en extérieur sous le transfo électrique change de sens et permet un gain de place remarquable. Que l'on soit devant ou derrière aucun soucis pour danser au soleil.
La scène Turbine située en intérieur de l'impressionnante bâtisse se voit quant à elle optimisée avec un ouvel escalier extérieur permettant de rejoindre la stage 2 fois plus rapidement et sans encombre.
Et enfin, ce que l'on attendait par dessus tout, la nouvelle scène Rotor qui fait son apparition.

Nous nous précipitons voir le duo Slam reconnu pour leur Techno ferme et caractéristique de drops spectaculaires. Le BPM n'est pas forcement très élevé pour le moment mais c'est un bon début pour démarrer les festivités.



Après plus d'une heure et demie de danse, nous nous dirigeons vers la scène Turbine où le collectif OHM fait des ravages. Nous en profitons pour faire un tour au bar afin de recharger les batteries et quel plaisir de ne jamais avoir à attendre ni aux tokens, ni aux bars, ni aux toilettes.

Nous profitons des quelques heures avant le set de Keith Carnal afin de se renseigner sur le transfo, son histoire ainsi que son évolution. Placé au patrimoine de L'Unesco, on comprend mieux les enjeux liés à l'évènement ainsi qu'à sa sécurité.

Enfin, c'est le début du set de Keith Carnal, ce dj hollandais habitué à la scène internationale nous plonge une nouvelle fois dans son univers sombre en plein centre du transfo.

Le soleil commence à se coucher et l'ambiance est propice au style du duo allemand SHDW & Obscure shape. Ils manient à la perfection mélodie endiablée et kick ravageur. Le spectacle est là et tout le monde est ravi.

C'est enfin l'heure tant attendu ! C'est au tour des 2 headliners de ce premier jour de prendre la relève. 2 mastodontes de la techno qui n'ont plus rien à apprendre : Chris Liebing et Speedy J. L'un en intérieur, l'autre en extérieur. De quoi ravir les oreilles et surtout nous donner la possibilité de changer d'environnement.

Leur réputation est une nouvelle fois confirmée.



Et c'est la fin de cette première journée forte en émotions. Le Voltage a frappé fort et nous salivons déjà d'avance à la pensée de cette seconde journée qui arrive.

Petite déception quant à la disparition de la roue de feu présente l'année dernière mais bon, on ne peut pas tout avoir...

Jour 2

Le soleil se lève de nouveau sur le Transfo de Zwevegem et c'est une nouvelle journée pour le Voltage Festival. On y retrouve les scènes, les stands, le crew mais il y a quelque chose de différent.
C'est une Techno plus physique et surtout plus animale qui nous attend.

En effet, le collectif Rimbu originaire de Gand prend le contrôle de la scène Anode, avec un panel d'artiste tels que KRTM & TWAN, Headstrong ou encore Perc & Ansome.



Du côté de la scène intérieure, c'est le Crew Futur Acid qui propose de nombreux artistes passés maitre dans les lignes Acid comme 999999999, Boston 168 ou encore MPIA3 pour un closing très attendu !



Une fois sur les lieux, on s'empresse de rejoindre la scène extérieure pour le warm-up de KRTM b2b Twan en dj set. Et c'est une véritable claque qu'on se prend en pleine face dès 14h30 !
La première chose que l'on remarquera c'est un véritable changement du côté de la scénographie.
Comme à son habitude, Rimbu a décidé d'habiller totalement sa scène extérieure de feuillage et d'animaux en tout genre. Un véritable voyage en plein coeur d'un paysage post apocalyptique.



Côté set, les deux belges, résidents du collectif, nous annoncent directement la couleur de cette journée qui risque de faire des étincelles.

S'en suivent Stranger et Remco Beekwilder qui n'ont plus rien à prouver, le public est en folie et prêt pour le reste des festivités.

On décide de faire un tour sur la scène intérieure, toujours aussi impressionnante, dans un esprit bien industriel. Les énormes rouages qui habillent la scénographie sont accompagnés par un impressionnant jeu de lumière latérale qui crée une véritable atmosphère dans la salle.



On y retrouve 999999999 pour un live des plus trippants : une invitation en plein coeur de son univers Acid.

Il est 18h, on s'empresse de retourner dehors pour le set le plus attendu de la journée : Headstrong alias Clouds et Randomer.
Ils commencent d'entrée avec une track du label Casual Gabberz qui nous laisse bouche bée. Véritable marathon du début à la fin, leur set restera sans aucun doute le meilleur de la journée. Headstrong impose son style et réussit à nous faire rêver. Un trio à suivre de très près !

Après des heures de danse acharnée, on commence à ressentir le vide dans notre ventre. On se dirige donc vers l'espace chill, pour découvrir les stands de nourriture et de boisson. On y retrouve les larges choix de la veille. Mais c'est vers le stand Burger que nos regards se tournent.



Une fois l'estomac rempli et les jambes reposées, on décide de retourner à l'intérieur pour le closing signé MPIA3.

Première impression, mauvais réglage du système son. On regrettera l'absence de basses qui a eu pour effet de réduire la qualité de son live. Ce qui finalement nous pousse à nous diriger vers l'extérieur pour aller voir les boss du label Perc Trax : Perc & Ansome.

Comme à leur habitude, les deux électriciens du live ne lésinent pas sur les moyens pour nous en mettre plein la vue mais au bout de 15 minutes, un troisième individu vient rejoindre le live et ce n'est autre que Tommy Four Seven. Première mondiale pour ce b2b2b improvisé qui ne nous laisse pas indifférent !



Pour conclure, le Voltage Festival a su se perfectionner dans tous les sens du terme, après une édition passée plus que satisfaisante.

D'un point de vue organisationnelle, nous avons pu rencontrer une équipe plus que professionnelle :
- Toujours aucune attente au niveau des stands (token, bar, nourriture, toilettes...),
- Une diversité de boissons et de nourriture plus qu'agréable,
- Des scènes travaillées et optimisées à la perfection,
- Un lieu avec un véritable charme et une histoire.


Note cet article :
  -   ? / 5 sur 0 note(s). Connecte-toi pour commenter cet article

S'identifier

Mot de passe perdu ?

Rechercher

Agenda

« Décembre 2018 »
L M M J V S D
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31            

Billetterie Digitick
Carte des discothèques

Qui est en ligne ?

Il y a 11 invité(s) et 0 membre(s) en ligne.


Bienvenue visiteur anonyme.
Inscrivez-vous maintenant!

Restez connecté !